Aïcha ou le récit d’une contrainte vestimentaire retournée en fierté religieuse

1. Lors de la semaine culturelle des jeunes de Mongo, 2013. Aïcha est à droite.
2. “Notre Hinda Déby de Mongo est arrivée”, semaine culturelle des jeunes de Mongo, 2014.

 

Je rencontre Aïcha lors d’un séjour dans la province du Guéra, située au centre du Tchad avec pour chef-lieu Mongo. Nous sommes en septembre 2022. Militante au sein de plusieurs associations œuvrant dans la résolution de conflits et la médiation, Aïcha est une figure majeure du tissu associatif local, connue pour son franc parler et son énergie. Bilingue franco-arabe, elle est aussi populaire au sein du milieu religieux musulman, traduisant auprès des femmes les cours et prêches dispensés à la mosquée locale, qu’elle n’hésite pas à transformer en séances de sensibilisation sur des thématiques propres au genre et au développement. Si son long parcours associatif lui permet d’être reconnue et légitime au sein de l’espace public, sa popularité est également renforcée par sa trajectoire spirituelle marquée par une profonde rupture entre dit-elle « la Aïcha du passé et la Aïcha du présent » dont témoigne son style vestimentaire. Entièrement voilée lors de notre rencontre (photo n°3), il n’en fut pourtant pas de la sorte dans le passé, Aïcha portant « pantalons et tresses ». Si porter l’hibaya relève pour Aïcha d’une conversion intérieure, elle n’est cependant pas le fruit d’un désir individuel et propre mais issue d’une contrainte conjugale imposée par son second mari. Dévoilant la négociation entre rapports de pouvoir de genre et individuation, le portrait suivant issue de mes différentes conversations avec Aïcha démontre comment une contrainte peut être saisie et retournée en outil de pouvoir sur soi et son environnement, donnant accès à d’autres espaces de légitimé.

“J’ai grandi à Mongo et j’ai fréquenté jusqu’à l’obtention de mon bac. Je suis la seule fille de ma mère. J’ai grandi avec l’idée de devenir commerçante alors lorsque je suis arrivée dans mon foyer et que j’ai vu que mon mari était trop paresseux, ça ne m’a pas découragé. Je me suis mariée en 2003 et j’ai divorcé en 2013, j’avais déjà 4 enfants. Il n’était pas sérieux et honnête. C’était un cousin, un mariage forcé. Il travaillait dans les carrières pour faire les briques mais ce qu’il trouvait il le consommait directement. Il voyait d’autres femmes à qui il donnait de l’argent. Moi je ne voulais pas, il y a trop de risques avec le sida. Toi-même tu fais la sensibilisation alors que ton propre mari couche avec d’autres femmes ?

Quand j’ai rencontré mon second mari lui me connaissait déjà. Il m’avait vu lors de la semaine culturelle des jeunes organisé à Mongo et mon comportement lui avait plu (photo n°1). L’année suivante on était le couple de la semaine culturelle, tout le monde nous regardait. À l’époque j’étais comme Hinda Déby [l’ex première dame], on disait la reine du Guéra est arrivée, j’aimais trop me saper (photo n°2). Avant je portais les pantalons et les tresses. Sauf le vendredi, là j’empruntais le lafaye [voile traditionnel tchadien] à mes collègues chrétiennes du projet pour lequel je travaillais en tant qu’opératrice radio. Mon second mari m’a dit prends ton hibaya et mets la dans ton sac, ne prends pas le lafaye des chrétiennes. Il me sensibilisait, me disait que mon comportement n’est pas conforme à l’islam, m’invitait à prier avec lui, voulait que je porte l’hibaya pour sortir.  J’ai passé quinze mois enfermé à la maison parce que je n’arrivais pas à porter l’hibaya, c’était trop dur psychologiquement pour moi. Je viens d’une famille d’intellectuelles [son oncle est le maire de la ville et son père inspecteur scolaire] et chez nous la foi c’est avant tout une question de cœur! Et puis il m’a emmené à l’école coranique pour les femmes. Et je suis tombée sur la sourate Al-Ahzab, [les Coalisés], c’était pour moi, surtout ce verset “ Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux“.

Depuis 2011 je n’ai pas laissé l’hibaya, c’est Dieu qui m’a guidé. C’est comme une autre personne qui est sortie de la chambre. Maintenant je sais qu’il y a des principes que l’homme peut prendre et auxquels la femme doit obéir. On n’empêche pas la femme de travailler mais il y a une tenue et un comportement à respecter. Mon mari m’a transformé et m’a appris à penser avant de parler. J’ai compris grâce à lui que celui qui te conseille t’aime, celui qui te laisse faire te trompe. Il y a beaucoup d’avantages à porter le voile, tout le monde me respecte à présent alors qu’avant les hommes me taquinaient trop lorsque je portais le pantalon ou le lafaye, même étant mariée.

Bon il est vrai qu’après coup j’ai compris que c’est la jalousie des hommes qui les pousse à nous forcer à prendre l’hibaya, ce n’est pas une question de religion. Les femmes qui portent des lafaye sont toutes des croyantes non ? Mais l’essentiel c’est qu’à présent je comprends la religion et je suis fière avec ça. Maintenant mon unique objectif est d’aller au Hadj. Même si je n’ai pas fréquenté l’école coranique je fais la modération et la traduction dans les mosquées pour mes sœurs. Les femmes sont trop timides alors je pose des questions pour elles. Si je suis absente un jour de prêche c’est comme s’il n’y avait pas de prêches, toutes les femmes de la mosquée m’attendent. Finalement je suis aussi devenue asseyda. Et j’en profite aussi pour les conseiller par exemple sur l’excision, le mariage forcé, le leadership. Maintenant on dit que je suis calme alors qu’avant j’étais trop dans le « chaud chaud ». J’ai trouvé la paix du cœur.

 



Citer ce billet
Cécile Petitdemange (2023, 9 mars). Aïcha ou le récit d’une contrainte vestimentaire retournée en fierté religieuse. RIMA. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://anrrima.hypotheses.org/680

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search